Archives de catégorie : covid-19

Covid-19 : Lettre de Mgr Pierre Warin demandant un geste de communion pour le 25 mars, solennité de l’Annonciation.

Monsieur l’abbé,
Monsieur le diacre,
Madame, Monsieur,

Le mercredi 25 mars, les chrétiens fêteront l’Annonciation: la Vierge Marie reçoit l’annonce d’une Bonne Nouvelle dans sa vie et pour le monde. Si elle s’interroge, l’ange la rassure: « Rien n’est impossible à Dieu. »

En ces temps difficiles, le diocèse de Namur invite tous les chrétiens et, au-delà tous les hommes et femmes de bonne volonté à exprimer, ce 25 mars, par un geste, leur communion et leur soutien avec tous ceux qui souffrent de la pandémie du coronavirus… et avec tous ceux qui s’engagent à la combattre: médecins, infirmiers, soignants, pharmaciens, forces de l’ordre, chercheurs.

Si les églises restent ouvertes, il est demandé à tous de rester à la maison. Aussi, à l’instar des diocèses français nous invitons chacun à allumer une bougie et à la placer à la fenêtre de sa maison en cette belle fête de l’espérance. Une bougie, c’est une lueur d’espérance: espérance que la maladie sera vaincue, espérance que la solidarité l’emportera sur l’égoïsme, espérance aussi que le temps de la passion laissera place aux jours de la résurrection.

Si nous ne pouvons pas célébrer ensemble cette fête, nous pourrons la vivre personnellement, en famille, à la maison. Prions en communion les uns avec les autres, et spécialement avec ceux qui luttent pour la vie dans les hôpitaux de notre pays.

En esprit, déplaçons-nous ce jour-là, par la pensée, aux Sanctuaires de Beauraing où la Vierge Marie, Mère au Coeur d’Or, ouvre les bras pour porter nos prières à Jésus son Fils: « Priez, priez beaucoup, priez toujours » nous dit-elle. Si nous le pouvons, ensemble, en une grande chaîne de prière, nous prierons le chapelet à 18h30, comme à l’époque des apparitions.

Notre-Dame de Beauraing, guérissez les malades!

Notre-Dame de Beauraing, priez pour nous.

+ Pierre Warin, évêque de Namur
Joël Rochette, vicaire général

MESSAGE DU CARDINAL DE KESEL AUX FIDÈLES FACE AU COVID-19

Face à l’épidémie du corona et à la crise qu’il a engendré, le cardinal De Kesel a souhaité adresser un message à tous les fidèles : 

Chers amis,

Des événements totalement imprévus peuvent parfois arriver. Des évènements dont on pensait qu’ils se produisaient jadis mais plus maintenant, et sûrement pas dans une société aussi développée que la nôtre. Rien n’est moins vrai. Le coronavirus nous place devant une évidence : nous sommes et restons des êtres fragiles, pas uniquement ici où là mais partout dans le monde.

La solidarité attendue aujourd’hui de tous, est, elle aussi, universelle. Personne ne peut se permettre une exception pour soi-même. En tant qu’Eglise, nous ne le pouvons pas non plus. Tout comme pour la pauvreté et la migration, il n’y a pas de solutions uniquement au plan local. Nous le savons bien, mais nous l’oublions fréquemment. Nous essayons de maintenir le problème en dehors de nos frontières, mais le virus ne connaît pas de frontières. La mentalité du « chacun pour soi » nous rend encore plus vulnérables. Nous sommes responsables les uns des autres à l’échelle mondiale. La terre est vraiment notre maison commune.

Cette crise du coronavirus intervient en plein carême au moment où de dimanche en dimanche, de semaine en semaine, nous nous préparons à Pâques. Il ne nous est plus possible de célébrer avec nos communautés respectives, même pas l’eucharistie le dimanche. On pourrait se dire : il aurait mieux valu que cela arrive à un autre moment, mais cela n’a pas beaucoup de sens. Certes, nous vivrons le carême cette année autrement, mais nous ne le vivrons pour autant pas moins intensément. Cela demandera de chacun de nous un effort supplémentaire et une plus grande créativité.

La préface du carême le qualifie de temps fait pour se donner davantage à la prière et pour témoigner plus d’amour pour le prochain. Nous ne pouvons plus nous rassembler pour prier ensemble, mais nous pouvons le faire seul, en famille ou dans nos communautés religieuses. C’est un temps de silence et de réflexion, avec une attention particulière pour l’Ecriture que la liturgie propose. Fort heureusement les médias, en particulier les médias religieux nous y aident.

Maintenant que tout doit se passer en silence, la préparation à Pâques reste aussi un moment de plus grande attention aux autres. D’abord bien sûr à l’égard de ceux qui sont atteints par la maladie, ceux qui les soignent et ceux s’efforcent d’endiguer la maladie par leurs recherches. Mais aussi pour ceux qui sont pauvres ou isolés, ceux qui fuient la guerre et la violence, pour tous ceux qui d’une façon ou d’une autre sont dans le besoin et frappent à notre porte pour obtenir de l’aide. Les collectes pour le carême de partage se tiennent habituellement en cette période, n’oublions pas non plus cette forme de solidarité.

Ces jours-ci nous allons devoir vivre un peu plus reclus, parfois en véritable quarantaine ou en cercle très restreint. Les célébrations et en particulier l’eucharistie nous manquerons. Ce sera une autre forme de jeûne. Mais ne croyons pas que nous sommes seuls. Nous restons en profonde communion les uns avec les autres : en communion de prière et dans une solidarité universelle. Et n’oublions surtout pas qu’en tout cela, le Seigneur nous reste proche. Il est en mesure de faire du temps présent un temps de grâce.

+ Jozef Cardinal De Kesel

Covid-19: Elan de solidarité collaborative des médias d’Eglise

16 mars 2020 par Jean-Jacques Durré

https://www.cathobel.be/wp-content/uploads/2010/12/Messe-Tv-334x500.jpg

Dans le cadre de la suspension jusqu’au 3 avril des célébrations liturgiques, les médias d’Eglise ont uni et coordonné leurs actions pour proposer des programmes, afin d’accompagner tout un chacun en ce temps de carême.

Bien avant que le gouvernement en affaires courantes décide de prendre des mesures radicales pour endiguer l’expansion de l’épidémie du coronavirus Covid-19, les évêques de Belgique publiaient le 12 mars dernier, un communiqué par lequel ils annonçaient suspendre toutes les messes et célébrations publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès le weekend du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins. Une mesure exceptionnelle, qui n’a pas été prise facilement, on s’en doute. En agissant avant les décisions gouvernementales, nos évêques ont fait preuve de réalisme et d’un sens de solidarité sociale évident. Cela a immédiatement provoqué une concertation entre les différents médias d’Eglise, afin d’examiner les meilleurs moyens de pouvoir unir en prière les fidèles, privés d’eucharistie.

Il y a d’abord le maintien des retransmissions, le dimanche à 11h,  des messes dominicales (célébrées vu les circonstances, « en privé »), par la RTBF et coordonnées par CathoBel, sur La Première en radio et sur La Une en télé (un dimanche sur deux). Tous les dimanches, le Jour du Seigneur diffusera une messe « en privé » sur France 2, à 11h.

Nouveau rendez-vous: “Serrons-nous les coudes”

De son côté, la Radio Chrétienne Francophone (RCF) se mobilise aussi pour accompagner ses auditeurs dans la période de confinement destinée à ralentir la propagation du virus et protéger les personnes les plus fragilisées de notre société. Une programmation radio spéciale a été mise en place afin d’assurer l’accompagnement spirituel en ce Carême 2020.

Chaque jour, du lundi au vendredi, et au moins jusqu’au 3 avril, de 9h03 à 10h00, Frédéric Matriche et des chroniqueurs animeront une émission en direct et interactive qui apportera des conseils pratiques pour mieux vivre cette période de confinement ainsi que pour comprendre et interpréter le combat contre ce virus. Chaque matin, le point sera fait avec le service de communication et des experts du CHU Liège. La ligne et les réseaux sociaux seront ouverts afin de répondre aux questions des auditeurs, partager trucs et astuces de la vie en confinement, récolter des témoignages et surtout, susciter la solidarité. Les chroniques de Régine Kerzmann, Delphine Freyssinet, Denis de Lovinfosse et des journalistes de CathoBel enrichiront cette émission de proximité et de solidarité. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission au 04 237 00 74 ou par mail à serronsnouslescoudes@rcf.be​ ou sur la ​page Facebook de l’émission​.

Célébrations

Durant la période de suspension des messes en paroisses, chaque samedi à 17h00​ au moins jusqu’au 28 mars, l’Eucharistie sera célébrée de façon “privée” et retransmise en direct par RCF Bruxelles, RCF Liège et 1RCF Belgique. La première Eucharistie a lieu ce samedi 14 mars à 17h00 avec Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège et l’abbé Jean-Pierre Pire, doyen de Liège. Par ailleurs, chaque jour de semaine à 19h00​, l’Eucharistie est célébrée de façon “privée” et retransmise en direct par RCF Bruxelles, RCF Liège et 1RCF Belgique. Le dimanche matin, dans un souci d’unité, RCF invite ses auditeurs à suivre les messes de 11h00 sur La Première (RTBF) en radio ou sur La Une (RTBF) en télé. Par ailleurs, et pour débuter la matinée du dimanche à 9h00, Béatrice Soltner et Véronique Alzieu proposent dans “RCF Halte Spirituelle” des entretiens où l’on puise dans l’expérience chrétienne pour engager une réflexion spirituelle aussi profonde qu’accessible. Puis à 10h00, toujours sur RCF, le théologien Christophe Herinckx répond aux questions spirituelles des auditeurs. Enfin, à 18h30, la messe est retransmise depuis Paris sur KTO TV.

KTO sur la brèche

Pendant la durée de la crise sanitaire, la télévision catholique KTO renforce la prière sur son antenne. Dès le lundi 16 mars, elle diffusera deux messes par jour:  à 07h00, en direct de Sainte-Marthe au Vatican, célébrée par le pape François, en collaboration avec Vatican Media, et à 18h15, en direct de Saint-Germain l’Auxerrois, grâce au recteur archiprêtre et les chapelains de Notre-Dame de Paris A retrouver en direct sur KTO, www.ktotv.com, Youtube et Facebook. Les rendez-vous de prières sont maintenus. A noter que du 17 au 25 mars, le sanctuaire de Lourdes organise une neuvaine pour confier à la Vierge les malades, toutes celles et ceux qui souffrent de l’éloignement et des difficultés liées à l’épidémie.

Enfin, comme les célébrations dans leurs églises conventuelles et communautés sont également suspendues, tout comme les activités des différents couvents (Forum Renaissance, Ateliers du Passage à Liège), les Dominicains de Belgique proposeront chaque dimanche, jusqu’au 3 avril, l’homélie se rapportant à l’évangile du dimanche, en audio et en vidéo (sur le site www.dominicains.be).

Et n’oublions pas les sites internet des diocèses, vicariats et unités pastorales qui ne manquent pas non plus d’initiatives pour combler le vide que représente la suspension provisoire des messes.

CathoBel, site officiel de l’Eglise francophone de Belgique mettra tout en œuvre pour que ces initiatives soient diffusées le plus largement, via son site internet (ww.cathobel.be).

Jean-Jacques Durré

Covid-19 : Dispositions pour le diocèse de Namur

En complément au communiqué des évêques de Belgique du 12 mars dernier concernant les dispositions à prendre en raison de l’épidémie du coronavirus, le diocèse a pris diverses dispositions. Le diocèse de Namur encourage ainsi la prière personnelle de tous les baptisés pour vivre, dans la foi, l’espérance et la charité, le temps d’épreuve actuel. La prière inspirée de la prière du pape François, sera diffusée et priée largement dans notre diocèse – à découvrir dans la rubrique spiritualité.

– Toutes les célébrations liturgiques publiques sont supprimées, à partir de ce samedi 14 mars matin et jusqu’au vendredi 3 avril minuit au moins. Sont concernées notamment les eucharisties dominicales et les eucharisties quotidiennes.

– A titre privé, les prêtres qui le souhaitent et en ont la possibilité pourront célébrer l’eucharistie quotidienne sine populo (en l’absence des fidèles) selon les normes canoniques et liturgiques (cf. PGMR n°209-231). Les intentions de messes déjà demandées pourront être ainsi exonérées, en invitant les fidèles à s’y unir chez eux dans la prière; on peut aussi reporter ces intentions de messes à plus tard.

– Les églises demeurent ouvertes. On peut encourager les fidèles à s’y rendre pour une prière personnelle (prière du chapelet, visite au Saint-Sacrement…).

– La première collecte impérée du Carême, destinée à Entraide et Fraternité, ne peut avoir lieu. On encouragera la mise à disposition d’un tronc à cette destination dans l’église (à relever régulièrement) ou on invitera les fidèles à verser directement leur contribution sur le compte bancaire de l’évêché BE98 0689 3596 9393 avec la communication:  »pour Entraide et Fraternité ».

– Les baptêmes, mariages et funérailles pourront avoir lieu en cercle restreint, c’est-à-dire limité aux proches et familiers concernés directement, dans l’intimité familiale.

– Les sonneries de cloches peuvent être maintenues, n’appelant plus au rassemblement, mais rythmant le temps et invitant à la communion de prière à distance aux heures habituelles.

– Le Service diocésain de Pastorale Liturgique diffusera en ligne des feuillets proposant, en vue de chaque dimanche, l’office des Laudes, les lectures bibliques de la Messe dominicale, et l’office des Vêpres, que chaque paroisse pourra diffuser.

– Le Vicariat épiscopal de la Diaconie a diffusé ce jeudi 12 mars des recommandations précises pour les personnes qui œuvrent dans les aumôneries d’hôpitaux et de maisons de repos, ainsi que pour les visiteurs de malades. On s’y référera complètement. Là où l’accès physique n’est plus permis, on encouragera d’autres manières de garder le contact avec les personnes visitées habituellement (coup de fil, cartes de soutien…).

– Les rencontres et réunions pastorales organisées par les Services diocésains (comme la Journée diocésaine de formation prévue le 21 mars) sont toutes supprimées et reportées à une date ultérieure.

– Les rencontres et réunions pastorales organisées au niveau local, notamment paroissial, et qui ne sont pas nécessaires, doivent être supprimées. Les réunions privées de (très) petites équipes (conseil de fabrique, équipe liturgique, accompagnement des catéchumènes…) peuvent être maintenues, selon discernement local.

– Les Services diocésains et autres organes ecclésiaux encourageront le télétravail et resteront disponibles aux diverses demandes qui leur seront adressées. Les permanences téléphoniques et les contacts via e-mail doivent être maintenus.

– Les rencontres de catéchèse (réunion, temps de catéchèse, retraite préparatoire…) doivent être supprimées. On encouragera les familles à vivre des temps de catéchèse à la maison, au moyen de supports utiles fournis ou transmis par les paroisses. Le Service Catéveil proposera son expertise en ce domaine. La célébration des divers sacrements (et notamment les premières communions, professions de foi et confirmations), après la date du 3 avril, sera examinée en temps opportun. Pour l’instant, aucune décision ne peut encore être prise.

– Une cellule de crise est ouverte à l’évêché de Namur, animée par M. Jean-Luc Collage, qui peut être contacté au 081.25.10.93 ou via collage@diocesedenamur.be

Des mesures qui n’ont pas été simples à prendre mais il y va de la sécurité de chacun. Le Cardinal Peter Turkson, Préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral écrit dans un long message diffusé le 11 mars dernier.
 »Pour chaque personne, croyante ou non-croyante, c’est un moment propice pour comprendre la valeur de la fraternité, du lien indissoluble entre les uns et les autres. (…) La valeur de la solidarité doit également être incarnée. Nous pensons au voisin, au collègue de bureau, à l’ami d’école, mais surtout aux médecins et aux infirmières qui risquent la contamination et l’infection pour sauver les personnes infectées. Ces travailleurs vivent et nous montrent le sens du mystère de Pâques: don et service »

Epidémie vient du grec epi-dèmos,  »sur le peuple ». Je vous invite à vivre cette épreuve qui  »nous tombe dessus » sereins, attentifs à l’autre, habités par Dieu. Et je vous bénis en Son nom.
Fait à Namur, le vendredi 13 mars 2020,

+ Pierre Warin, évêque de Namur

Prière en ce temps d’épidémie

(proposée par Mgr Pierre Warin
et inspirée par la prière du pape François)

Ô Marie,                        
tu brilles toujours, sur notre chemin,
en signe de salut et d’espoir.

Nous te faisons confiance, Secours des malades,
toi qui as gardé une foi ferme
alors que tu as partagé la douleur de Jésus
au pied de la croix.

Toi, Reine au Coeur d’Or,
tu sais ce dont nous avons besoin,
et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes,
tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
lors des noces de Cana en Galilée,
après un moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère de l’Amour Divin,
Notre-Dame de Beauraing,
à nous conformer à la volonté du Père,
et à faire ce que Jésus nous dit,
Lui qui a pris sur lui nos souffrances
et a été chargé de nos douleurs,
pour nous porter, à travers la croix,
à la joie de la résurrection.

Amen.