Evangile du jour

Extrait du site « L’Evangile au quotidien »

Lettre aux Hébreux 2,14-18.

Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable,
et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.
Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges, c’est la descendance d’Abraham.
Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple.
Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,29-39.

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

Commentaire

Saint Jérôme (347-420)

prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l’ÉgliseCommentaire sur l’évangile de Marc, 2 ; PLS 2, 125s (trad. DDB 1986, p. 52)

« Jésus la prit par la main, et la fit lever »

« Jésus s’approcha d’elle, la prit par la main, et la fit lever. » En effet, cette malade ne pouvait pas se lever d’elle-même ; étant alitée, elle ne pouvait pas venir au-devant de Jésus. Mais ce médecin miséricordieux s’approche lui-même du lit. Celui qui avait porté une brebis malade sur ses épaules (Lc 15,5) s’avance à présent vers ce lit… Il approche toujours plus afin de guérir encore davantage. Remarquez bien ce qui est écrit ici… « Tu aurais dû sans aucun doute venir à ma rencontre, tu aurais dû venir m’accueillir au seuil de ta maison ; mais alors ta guérison résulterait non pas tant de ma miséricorde que de ta volonté. Puisqu’une fièvre si forte t’accable et t’empêche de te lever, je viens moi-même. » « Et il la fit lever ». Comme elle ne pouvait pas se redresser d’elle-même, c’est le Seigneur qui la relève. « Il la prit par la main et il la fit lever. » Quand Pierre était en péril en mer, au moment où il allait se noyer, lui aussi a été saisi par la main, et il se releva… Quelle belle marque d’amitié et d’affection pour cette malade ! Il la relève en la tenant par la main ; sa main guérit la main de la malade. Il saisit cette main comme l’aurait fait un médecin, prend le pouls et évalue l’importance de la fièvre, lui qui est à la fois médecin et remède. Jésus la touche, et la fièvre disparaît. Souhaitons qu’il touche notre main afin qu’ainsi nos actes soient purifiés. Qu’il entre dans notre maison : levons-nous enfin de notre lit, ne restons pas couchés. Jésus se tient à notre chevet et nous restons couchés ? Allons, debout ! … « Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas » (Jn 1,26) ; « le Royaume de Dieu est au milieu de vous » (Lc 17,21). Ayons la foi, et nous verrons Jésus présent au milieu de nous.