Tous les articles par admin5577

Prière en ce temps d’épidémie

(proposée par Mgr Pierre Warin
et inspirée par la prière du pape François)

Ô Marie,                        
tu brilles toujours, sur notre chemin,
en signe de salut et d’espoir.

Nous te faisons confiance, Secours des malades,
toi qui as gardé une foi ferme
alors que tu as partagé la douleur de Jésus
au pied de la croix.

Toi, Reine au Coeur d’Or,
tu sais ce dont nous avons besoin,
et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes,
tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
lors des noces de Cana en Galilée,
après un moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère de l’Amour Divin,
Notre-Dame de Beauraing,
à nous conformer à la volonté du Père,
et à faire ce que Jésus nous dit,
Lui qui a pris sur lui nos souffrances
et a été chargé de nos douleurs,
pour nous porter, à travers la croix,
à la joie de la résurrection.

Amen.

Prière du pape François

Face à l’épidémie du coronavirus, le mercredi 11 mars dernier, le pape François a demandé la protection de la Vierge Marie en priant ainsi :

Oh Marie,
tu brilles toujours sur notre chemin
en signe de salut et d’espoir.
Nous te faisons confiance, Reine des malades,
toi qui a gardé une foi ferme
alors que tu as partagé la douleur de Jésus
au pied de la croix.

Toi, salut du peuple romain,
tu sais ce dont nous avons besoin
et nous sommes sûrs que tu exauceras nos demandes,
tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
lors des noces de Cana en Galilée,
après un moment d’épreuve.

Covid-19 en Belgique

Covid-19 :

Suppression de toutes les célébrations liturgiques publiques en Belgique à partir du weekend du 14 mars jusqu’au 3 avril au moins.

Communiqué du jeudi 12 avril 2020 :


En raison de l’expansion de l’épidémie du Corona virus, les évêques de Belgique décident ce jour de suspendre toutes les célébrations liturgiques publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce weekend du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins.

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint.

Pour les autres rencontres et réunions pastorales, la plus grande prudence sera demandée.
Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.
Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.
Les sites web de Cathobel, Kerknet, KTO, RCF, Kerk en Leven, les célébrations en radio-tv, RTBF et VRT, les diffusions en live-streaming pourront y contribuer. 

Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en œuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie.

Covid-19: la conférence des évêques de Belgique invite à adopter des mesures de prévention

(Cathobel, 2 mars 2020)

Dans un communiqué officiel, la conférence des évêques de Belgique appelle à une grande vigilance et propose l’adoption de quelques mesures de prévention pour éviter la propagation du virus Covid-19 qui touche désormais notre pays.

Ce matin, lors d’une conférence de presse, la ministre fédérale Maggie De Blok a annoncé que 8 cas d’infection au virus étaient avérés chez nous. Les autorités s’attendent à ce que ce chiffre augmente dans les jours à venir, conséquence du retour de vacances de personnes ayant séjourné dans des zones à risque et ayant transité par les aéroports.

La commission européenne annonce également ce matin avoir activé un plan en 3 piliers (urgence, mobilité, économie) et un site web européen pour gérer cette crise sanitaire. Une coordination étroite entre les états européens afin de se préparer à apporter une réponse adéquate si besoin. A l’heure d’aujourd’hui, Covid-19 a atteint 19 pays de l’Union européenne et on dénombre 38 décès. La situation italienne reste la plus préoccupante. Les représentants européens demandent aussi de ne pas céder à la panique et d’éviter de propager des fake news.

Au niveau mondial, le nombre de morts a atteint la barre des 3000. Rappelons toutefois que ce bilan est bien inférieur à ce que la grippe saisonnière occasionne chaque année comme décès.

Eviter les contacts

Dans un communiqué officiel, les évêques belges demandent donc aux communautés de croyants catholiques de notre pays d’observer avec effet immédiat et lors de toute assemblée, les mesures de précaution suivantes:

  • Eviter de se serrer la main ou de s’embrasser lors du don de la paix
  • Pas d’utilisation d’eau bénite en entrant et en sortant de l’église
  • La communion est uniquement reçue sur la main. Elle est uniquement distribuée par celui qui préside si c’est possible.

Les évêques remercient tous ceux qui, avec beaucoup de dévouement et d’expertise, font tout leur possible pour limiter la propagation du coronavirus Covid-19 et soigner de manière optimale les personnes infectées.

Nous entrons en carême…

Catéchèses pour une initiation chrétienne :

« Dieu t’aime, il veut te rencontrer ! » À partir du lundi 2 mars 2020, les lundis et les jeudis à 20h au Nr 29a de la rue du Centre de Ciney.

Collectes pour le carême de partage 2020 :

« Entraide et fraternité » propose deux collectes pour la justice climatique, en solidarité particulièrement avec Haïti les 21-23 mars et les 4-5 avril. Le Carême de partage sera pour les communautés chrétiennes l’occasion de se mobiliser cette année aux côtés du peuple haïtien qui compte parmi les premières victimes du changement climatique.

Audience générale du Pape François du 26 février 2020 :
prière, jeûne et miséricorde, voilà la route du désert

Dans sa catéchèse, lors de l’audience générale de ce mercredi des Cendres, place Saint-Pierre, le Pape François est revenu sur la signification spirituelle du désert, «lieu de vie». «Le Carême est le temps propice pour faire de la place à la Parole de Dieu». Il a aussi exprimé de nouveau sa proximité avec les malades du coronavirus et aux agents de santé qui les soignent, ainsi qu’aux autorités civiles et toutes les personnes engagées dans la lutte contre la maladie.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

«Imaginons être dans un désert» : le Pape François invite les fidèles à se mettre dans les pas de Jésus, «qui au début de son ministère se retira pendant quarante jours pour prier et jeûner, tenté par le diable, dans le désert». Cet espace «est le lieu du détachement du tumulte qui nous entoure. C’est l’absence de paroles pour faire de la place à une autre parole, la Parole de Dieu, qui comme une brise légère nous caresse le cœur» explique le Saint-Père.

Le désert est le lieu souvent choisi par Dieu pour s’exprimer souligne François. Il y consigne les dix commandements, y envoie son peuple devenu infidèle pour lui parler. En fait, «dans le désert, on retrouve l’intimité avec Dieu, l’amour du Seigneur».

Couper le son, écouter la Parole de Dieu

Le Carême, qui débute ce mercredi, est ainsi «le temps propice pour faire de la place à la Parole de Dieu. C’est le moment d’éteindre la télévision et ouvrir la Bible» s’exclame le Pape, «de se détacher du portable et se connecter à l’Évangile». C’est aussi le moment de cesser nos bavardages, «de tutoyer le Seigneur», de «se dédier à une saine écologie du cœur».

François fustige «notre environnement pollué par trop de violence verbale» amplifiée par les réseaux sociaux, «les mots creux», la publicité et les messages «sournois». Il met en garde contre «la mondanité qui nous atrophie le cœur». Dans ce brouhaha, «nous avons du mal à distinguer la voix du Seigneur qui nous parle, la voix de la conscience, du bien».

Au contraire, Jésus, dans le désert, «nous invite à prêter l’oreille à ce qui compte» : la Parole de Dieu. Pour parler avec Lui, il faut prier, rappelle le Pape, car «c’est seulement devant Dieu que viennent à la lumière les inclinations du cœur et que tombe la malhonnêteté de l’âme». Le désert est donc bien un lieu de vie car «dialoguer dans le silence avec le Seigneur nous redonne la vie».

Le Carême, c’est la charité

Invitant de nouveau les fidèles à penser au désert, François pointe le superflu de nos vies dont il serait bon de se libérer. Jésus, là aussi, nous donne l’exemple en jeunant. «Jeûner c’est savoir renoncer aux choses vaines, au superflu, pour aller à l’essentiel. C’est chercher la beauté d’une vie plus simple», précise le Pape.

Le désert, c’est aussi «le lieu de la solitude». Le Saint-Père interpelle les fidèles, faisant remarquer qu’il y avait beaucoup de désert autour de nous : des personnes seules et abandonnées, des pauvres, des personnes âgées qui, «sans faire de bruit, marginalisés et rejetés», «demandent en silence notre aide». «Le chemin de Carême est un chemin de charité vers qui est plus faible».

Le Pape exhorte les fidèles à entrer dans le désert avec Jésus, assurant que nous en sortirons en goûtant la Pâque, «la puissance de l’amour de Dieu qui renouvelle la vie». «Courage, suivons Jésus dans le désert : avec Lui nos déserts refleuriront».

Installation de l’abbé Pascal-Marie Jerumanis comme curé-doyen de Ciney

C’est après avoir contribué à la restauration de la collégiale de Ciney effondrée lors de la tempête de 2010 que l’ancien doyen de Ciney est parti à Beauraing.

C’est un jour de tempête, ce 9 février 2020, que son successeur, l’abbé Pascal-Marie Jerumanis, a été installé comme curé-doyen de Ciney par Monseigneur Pierre Warin. Comme un vent nouveau et de nouveaux défis ! Pour l’accueillir, les fidèles ont répondu en nombre : paroissiens de Ciney et de tout le doyenné, et même de Moustier-sur-Sambre où l’abbé Pascal-Marie a été curé ces 10 dernières années.

Le président de la fabrique d’église, André Marie Viroux, a très chaleureusement accueilli le nouveau doyen, bien qu’il n’avait pas la clé de l’église qu’il devait lui remettre, égarée il y a peu. Mais le bourgmestre, à la fin de la célébration, après avoir mentionné une épopée digne de fort boyard, a remis la fameuse clé à son nouveau destinataire en exprimant son souci de collaboration.

Le président de fabrique et le bourgmestre étaient loin d’être les seuls à accueillir le nouveau curé-doyen. Celui-ci était notamment entouré de ses nombreux confrères du doyenné. Parmi eux, le père abbé de l’abbaye de Chevetogne. Deux d’entre eux lui ont adressé un chaleureux mot d’accueil ainsi que des paroissiens de Ciney et du doyenné et des représentants des bénévoles au service de la paroisse et au service des plus démunis de Ciney. De concert, chacun a mis en avant les forces vives du doyenné, assurant leur désir de collaboration au nouveau ministère de l’abbé Pascal-Marie. Ils ont aussi évoqué les besoins du doyenné et les nouveaux défis à relever. Et quel curé opportun pour relever ces défis qu’un prêtre principalement dévoué à la formation et à l’enseignement depuis 30 ans à qui l’évêque demande maintenant de se consacrer à temps plein à la pastorale paroissiale. Comme l’abbé Pascal-Marie  l’a dit avec humour : « après 30 ans de préparation, je deviens  curé à titre principal et doyen, en plus ! »

« Immergé dans la pastorale », c’est le mot, au cœur de cette assemblée nombreuse et variée : des fidèles de localités, d’âge et de sensibilité spirituelle très divers, des acolytes et des enfants en nombre, deux chorales, celle des plus jeunes et celle des plus ainés, chacune avec un style musical propre.

Dans son homélie, Monseigneur Warin a rappelé l’importance d’oser porter la lumière de l’Evangile au monde « parce que le pluralisme bien compris n’implique pas la mise sous éteignoir des convictions, mais bien leur mise en dialogue ». « Nous ne pouvons renoncer à « être sel de la terre » et « lumière pour le monde » ». Mais en précisant : « Si nous voulons être évangélisateur, comment pourrions-nous faire l’économie d’un chemin d’humilité ? Il ne faudrait pas que nos croix en bois poli, en argent ou en or fassent oublier tout le rugueux de la croix du Christ. » Enfin, il a enjoint le nouveau doyen d’être comme Saint Paul : « c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je me suis présenté à vous », afin que ce soient « l’Esprit et sa puissance qui se manifestent ». Et de conclure, « ainsi, ce n’est pas du bien que vous ferez mais des miracles » !

Homélie après laquelle le nouveau doyen a été conduit par l’évêque à l’ambon, au baptistère, au confessionnal, puis à l’autel, en guise de rite d’installation.

Au terme de la célébration, le nouveau doyen a pris la parole en disant que notre merci qui monte vers Dieu dans l’Eucharistie a besoin, pour être vrai, de rejoindre chaque personne. Il a ainsi pris le temps de dire merci à chacun, notamment pour l’avoir si bien accueilli. Il a pensé à ses prédécesseurs et a eu un mot particulier pour tous ceux qui ont préparé et porté avec lui cette célébration. Il a exprimé sa joie d’être arrivé à Ciney « où il se sent déjà presqu’à la maison ». Et il lui tarde d’aller le vendredi matin au marché aux bestiaux où le commerce se fait encore en francs et en se tapant dans la main « parce qu’une parole donnée est une parole qu’on ne reprend pas ».

Sur ces paroles humoristiques, c’est dans la convivialité que s’est poursuivi l’accueil de l’abbé Pascal-Marie autour d’un verre de l’amitié et d’un repas en toute simplicité. Toutes et tous lui ont souhaité un heureux et fructueux ministère parmi eux !

Lucie Dujardin